Mathilde Stunault - Expositions Virtuelles
353
single,single-portfolio_page,postid-353,qode-core-1.0,ajax_updown,page_not_loaded,,pitch-ver-1.3, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_from_right,grid_1300,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive
 

Mathilde Stunault

Mathilde Stunault

Une courbe et un creux

 

Quand j’étais petite, j’accompagnais ma tante à son cours de sculpture lorsqu’elle me gardait. Pendant quelques années, le professeur m’a prise sous son aile comme si j’étais une élève. Je faisais des sculptures d’animaux, mais tous les adultes sculptaient des femmes, ou des parties de leur corps. Lorsque j’ai demandé pourquoi, on m’a dit : « rien n’est plus beau qu’une courbe ou creux ». Après cela, je me suis mise à travailler sur ma première sculpture abstraite.

 

Ce qui est drôle quand on fait une oeuvre abstraite, c’est que tout le monde vient vous offrir son interprétation (alors que, parfois, ce qu’on fait ne ressemble à rien d’autre, et c’est très bien comme ça). On m’a dit « c’est une goutte d’eau vue en coupe », ou encore « c’est la vierge penchée sur son enfant ». Mais finalement, je voulais juste faire… une courbe et un creux.

Category:

2018